jeudi 18 janvier 2018

Déserts médicaux : Yannick Favennec favorable à la régulation de l’installation des médecins

Yannick Favennec est intervenu dans la discussion de la proposition de loi de la Nouvelle Gauche sur les déserts médicaux, discutée jeudi matin à l’Assemblée nationale.

Désigné par son groupe pour s’opposer à la motion de renvoi en commission défendue par les députés de la République en Marche, le député mayennais a pris clairement position en faveur du texte.

«Dix-huit mois pour avoir un rendez-vous chez un cardiologue, six mois chez un ophtalmologiste, trois mois pour se faire soigner une simple carie chez un dentiste, sans parler des médecins généralistes qui partent à la retraite sans trouver de successeurs et des autres praticiens qui refusent de nouveaux patients ... Les habitants des territoires ruraux en ont assez de ne pas pouvoir être soignés» a notamment indiqué le parlementaire.

«Ne pas trouver de généralistes ou de spécialistes près de chez soi est une véritable atteinte au droit à la santé. Cela désespère les familles et fragilise nos territoires.

Aujourd’hui, sur tous les bancs de notre Assemblée, beaucoup sont convaincus que le 'laisser-faire' n’est plus possible et que le gouvernement doit prendre ses responsabilités.

C’est pourquoi, c’est ici et maintenant, en nous appuyant sur cette proposition de loi qui reprend les grands principes de la proposition de loi défendue en 2016 par le groupe UDI, que nous devons répondre à ce problème d’accès aux soins pour tous et sur tous les territoires, en instaurant une véritable régulation à l’installation des médecins .

Il y a urgence à apporter une réponse concrète à l’attente et à l’impatience de nos concitoyens, comme je le mesure chaque jour dans mon département de la Mayenne.

Agissons, agissons vite et concrètement avant que cette attente et cette impatience ne se transforment en colère sur le terrain » a conclu Yannick Favennec.

       Séance publique - 1ère séance - Lutte contre la désertification médicale
                                 
                                Intervention de Yannick Favennec
                                                Lire la vidéo



 


mercredi 17 janvier 2018

Abandon de Notre-Dame-des-Landes : Yannick FAVENNEC dénonce le coup d’arrêt brutal au développement économique des Pays-de-la-Loire

Pour Yannick FAVENNEC, «en annonçant la décision du gouvernement d’abandonner le projet de Notre-Dame-des-Landes, le Premier ministre a donné le pouvoir aux zadistes dans notre pays

Il a montré que la menace et la violence avaient plus de poids et de valeur que la démocratie locale, les décisions de justice, les procédures légales et les enjeux de développement des Pays-de-la-Loire et de la Bretagne ».

Le député mayennais constate que «le candidat Macron s’était engagé à respecter le résultat de la consultation locale de 2016 à 55 % en faveur de la réalisation de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et que le président Macron s’assoit sur les promesses du candidat ».
 
Et d’ajouter : « c’est une drôle de conception de la démocratie que de faire gagner la minorité au détriment de la majorité.

C’est décidément une drôle de conception de la démocratie que de ne pas respecter ses engagements de campagne électorale.

C’est aussi une drôle de conception de la responsabilité politique que de mettre un coup d’arrêt brutal au développement économique de deux régions dynamiques du grand-ouest, car ce ne sont pas les mesurettes annoncées par le Premier ministre qui permettront à nos régions d’être reliées au reste de l’Europe et de continuer d’être des locomotives économiques de notre pays »

Pour Yannick FAVENNEC, «en piétinant la démocratie locale, en méprisant les élus et en condamnant l’avenir de nos territoires, le président de la République et son gouvernement viennent de prendre la plus mauvaise décision depuis le début du quinquennat».

L’avenir de l’école de Cigné abordé à l’Assemblée nationale.

Profitant de la semaine de contrôle du gouvernement par le Parlement, le député UDI de la Mayenne a interrogé, mardi 16 janvier, le ministre de l’Éducation nationale sur «l’avenir des écoles rurales et, en particulier, sur celui de l’école de Cigné».



«L’école dans nos petites communes n’est pas qu’un symbole fort qui contribue à l’identité de nos villages, à l’attractivité de nos territoires et au lien social au sein de la population. Elle est surtout une chance pour les enfants de bénéficier d’un enseignement de qualité» a notamment indiqué le député.

«À l’école de Cigné, les enfants apprennent dans d’excellentes conditions grâce à un effectif réduit et à la souplesse des classes multi-niveaux. La regrouper avec l’école d’ Ambrières-les-Vallées reviendrait à avoir des classes de 30 élèves, bien au-delà de la référence de l’Éducation nationale fixée à 23.

Cela aurait pour conséquences une baisse de la qualité de l’apprentissage, un allongement des temps de transport et la mort annoncée du village. Les habitants des territoires ruraux sont déjà victimes de la désertification médicale, de la fracture numérique et de la fermeture de services publics. Leurs enfants devraient-ils être également les laissés pour compte de l’Éducation nationale ?» a conclu Yannick Favennec. 

Mardi 16 janvier 2018 - 2ème séance
Question de Yannick Favennec à 
Jean-Michel Blanquer, Ministre de l'Éducation nationale

Lire la vidéo 
(Début de l'intervention : 03:04:13)


lundi 15 janvier 2018

Yannick FAVENNEC présente ses voeux aux élus de la 3ème circonscription de la Mayenne


Comme il est de tradition, Yannick FAVENNEC a présenté ses vœux aux maires et conseillers départementaux de sa circonscription en présence de la sous-préfète de Mayenne, samedi 13 janvier.


Devant plus d’une centaine d’élus, le député du Nord-Mayenne est tout d’abord revenu sur les temps forts de l’année 2017. 


Une année qui a commencé par la disparition du maire d’Ernée, Gérard LEMONNIER, qui faisait « partie de ses héros du quotidien (…) qui contribuent à notre construction individuelle et collective ».


Yannick FAVENNEC a ensuite abordé l’élection d’Emmanuel MACRON à la présidence de la République. Fidèle aux valeurs du giscardisme, il a confié percevoir dans la nouvelle ère politique qui s’ouvre, aujourd’hui, celle dont parlait Valéry GISCARD d’ESTAING dans son discours d’investiture en 1974.

Le député mayennais n’a pas hésité à déclarer qu’il retrouvait dans le nouveau chef de l’Etat «cette philosophie d’action, cette envie d’avancer, de conduire le changement, cette volonté de rassembler, de bousculer les codes et cette ambition de moderniser notre société» qui caractérisait Valéry Giscard d’Estaing.

Même si le parlementaire mayennais veut œuvrer aux côtés du président de la République au redressement de la France, il entend, pour autant, rester vigilant. « Je voterai les lois qui iront dans le bon sens, celui de l’intérêt général, et je ne voterai pas celles qui me paraîtront être néfastes pour notre société et nos territoires ruraux ».

Être constructif et indépendant, telle est la ligne de conduite que Yannick FAVENNEC continuera d’adopter tout au long de l’année 2018. Une année qu’il souhaite être celle de la réalisation concrète des promesses faites pendant la campagne électorale.

Il a également souligné que «la réforme constitutionnelle qui prévoit la diminution du nombre de parlementaires, et la limitation de l’exercice d’un mandat dans le temps, était démagogique et populiste» car pour lui, « seul prime le choix de l’électeur, un choix qui ne doit pas être contraint et limité ».

Une année qui sera aussi celle de la poursuite des combats engagés (désertification médicale, téléphonie mobile, infrastructures routières…) mais également celle de nouveaux combats notamment en matière de fracture numérique. «Si la problématique de la couverture territoriale en matière de réseaux est pratiquement gagnée, une autre étape nous attend, celle de la maîtrise des usages du numérique». Le député mayennais est déterminé à relever le défi de l’illectronisme afin de ne laisser personne sur le bas-côté de la route numérique.

Le député de la 3ème circonscription a conclu son propos de plus d’une heure en souhaitant «qu’après des années de pénombre, notre pays voit à nouveau jaillir la lumière, que l’espoir retrouvé des Français en leurs rêves, leur redonne l'envie, l’envie d'avoir envie, l’envie de rallumer leurs vies...


Je souhaite que nous retrouvions l’envie d’être fiers, fiers de ce que nous sommes, fiers de ce que nous faisons, fiers de la France dont la tradition fait d’elle un champion de la liberté, la patrie des Droits de l’homme et l’ambassadeur de la démocratie dans le monde... ».


jeudi 11 janvier 2018

Contamination à la salmonelle : Réaction du député Yannick FAVENNEC



Yannick FAVENNEC appelle à avoir «une démarche mesurée et prudente» dans la douloureuse affaire de la salmonellose.

«Il faut faire confiance à tous ceux qui travaillent, en toute transparence, pour l’intérêt général, notamment le préfet et les services de l’État.


Je comprends l’inquiétude des familles et il est important d’agir vite, mais bien. En revanche, je refuse que l’on stigmatise une filière agricole organisée autour d’une traçabilité totale, de femmes et d’hommes qui œuvrent chaque jour avec professionnalisme dans l’intérêt des consommateurs. J’ai aussi une pensée pour les salariés de l’entreprise Lactalis.

Une enquête est en cours. Elle apportera, je l’espère, le moment venu, les réponses aux questions posées. En attendant, il faut se garder de jugements hâtifs. L’établissement de la vérité ne pourra se faire que dans un climat serein».

mardi 9 janvier 2018

Notre-Dame-des-Landes : Yannick Favennec demande au Premier ministre de respecter la démocratie.

Lors de la réunion des élus de la région des Pays de la Loire organisée à Matignon par le Premier Ministre, Édouard Philippe, concernant le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, Yannick Favennec a rappelé sa position favorable à la création de cet aéroport. 



«Face aux enjeux de croissance exponentielle du nombre de passagers, de sécurité des Nantais, de lutte contre les pollutions sonores et atmosphériques et de respect de l’état de droit, je souhaite que le Président de la République tienne compte du résultat de la consultation locale qui a eu lieu en juin 2016» a notamment indiqué le député mayennais au Premier ministre.

«En effet, cette consultation locale, qui permet aux électeurs de donner leur avis sur un projet susceptible d’avoir un impact environnemental et donc d’affecter leur cadre de vie, a abouti à un résultat en faveur de la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Je rappelle que ce processus, qui permet d’associer des citoyens à la prise de décision publique, découle d’une loi du 6 août 2015, dite «loi Macron».

Aussi, si le Président de la République décidait de ne pas tenir compte de l’avis favorable des électeurs - même si le résultat de cette consultation ne lie pas l’État – cela reviendrait à désavouer une mesure qu’il a portée alors qu’il était ministre, mais aussi à mépriser la mobilisation des électeurs dans cet acte de démocratie locale.

La crédibilité de cette procédure de consultation serait alors mise à mal et conduirait inévitablement les électeurs à la percevoir comme étant inutile.

Par ailleurs, différentes décisions de justice ont souligné le caractère d’utilité publique de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes eu égard à la saturation des capacités de croissance de Nantes-Atlantique, à la nécessité de répondre aux prévisions de croissance du trafic aérien, mais aussi, dans un cadre plus large, aux enjeux de développement économique du Grand Ouest, d’amélioration de l’aménagement du territoire et de développement des liaisons aériennes nationales et internationales.

Il a également été souligné par les juges que les éventuels travaux d’extension de Nantes-Atlantique ne seraient pas compatibles, en termes de sécurité, de nuisances sonores et d’aménagement du territoire, avec l’environnement urbanisé de cet aéroport situé à proximité de l’agglomération nantaise. Et d’ajouter que les nuisances pour les habitants deviendraient difficilement supportables» a conclu Yannick Favennec.


lundi 8 janvier 2018

Yannick Favennec a entamé le marathon des vœux dans les communes de sa circonscription.

Comme le veut la tradition de chaque début d’année, Yannick Favennec a entamé, dès le 6 janvier dernier, le marathon des cérémonies de vœux dans les différentes communes de sa circonscription.
 
Une occasion que le député affectionne tout particulièrement car elle lui permet d’aller ainsi, une fois de plus, à la rencontre des élus et des habitants de sa circonscription pour présenter ses vœux et prendre le temps d’échanger avec chacun.

Après avoir commencé par la commune de Champéon, Yannick Favennec a poursuivi par les communes de La Bazouge-des-Alleux, Vautorte, Javron-les-Chapelles, Sainte-Marie-du-Bois, Oisseau, et Mayenne

Vautorte : Aux côtés de Yannick Favennec, Jacqueline Arcanger maire d'Ernée, Gilles Ligot maire de Vautorte et Elisabeth Doineau sénatrice.




 
Sainte-Marie-du-Bois : Remise de la médaille d'honneur communale, échelon argent, à Pierre Rioult maire et Roland Maillard conseiller municipal.

Jusqu’au 28 janvier où il terminera par la commune de Placé, Yannick Favennec répondra au maximum des invitations qui lui auront été adressées et présentera aussi ses vœux aux maires de sa circonscription le 13 janvier et aux sympathisants de l’association des Amis du Nord-Mayenne le 27 janvier.