lundi 21 décembre 2015

Yannick FAVENNEC élu 3ème vice-président du conseil régional des Pays-de-la-Loire

Yannick FAVENNEC et Bruno RETAILLEAU, dans l'hémicycle de la région, lors de l'installation de la nouvelle équipe.
Vendredi 18 décembre dernier, s'est déroulée au conseil régional des Pays-de-la-Loire, l'installation de la nouvelle majorité et de l'équipe qui, autour du président Bruno RETAILLEAU, dirigera la région, pour les six ans à venir.


La tête de liste UDI de la Mayenne, Yannick FAVENNEC, a été élue 3ème vice-président du conseil régional des Pays-de-la-Loire, en charge de la ruralité.

"C'est un honneur pour moi d'avoir été choisi par Bruno RETAILLEAU et élu par mes collègues de la majorité les Républicains-UDI-Modem, confie Yannick FAVENNEC. C'est aussi et surtout une lourde responsabilité puisque la ruralité fait partie des grandes priorités de notre mandat.

Le fait que cette thématique arrive en troisième position dans l'ordre hiérarchique du tableau des vice-présidences, derrière les finances et la formation-apprentissage, est un signal fort  que souhaite adresser le nouveau président de notre région aux électrices et aux électeurs des territoires ruraux, indique le nouveau vice-président des Pays-de-la-Loire.

Nous voulons agir vite et pour cela nous nous sommes mis immédiatement au travail. Ma priorité absolue sera de mettre en place l'un des engagements forts de notre campagne qu'est le Pacte régional pour la ruralité. Il sera principalement orienté vers le désenclavement routier et numérique, le soutien au commerce, à l'artisanat et aux très petites entreprises dans nos communes ainsi qu'à la lutte contre la désertification médicale.

Nous le mettrons en place en lien étroit avec les élus locaux et en particulier les maires et les présidents des intercommunalités.

Je remercie bien-sûr les électrices et les électeurs de la Mayenne qui nous ont très largement accordé leur confiance.

Et je voudrais assurer l'ensemble des Mayennais que notre équipe (Samia SOULTANI-VIGNERON, Philippe HENRY, Florence DESILLIERE et moi-même), sera au service de tous."

Philippe HENRY, Florence DESILLIERES, Bruno RETAILLEAU (président), Samia SOULTANI-VIGNERON (10ème vice-présidente) et Yannick FAVENNEC (3ème vice-président en charge de la ruralité).


Dernières manifestations de terrain de l’année pour Yannick FAVENNEC

Téléthon à Saint-Ouen-des-Toits, assemblée générale du don du sang bénévole à Laval, assemblée générale de l’association Vent-de-colère-en-pays-de-Mayenne à La Chapelle-au-Grain, marché de noël de Port-Brillet, traditionnel pot-au-feu de la commune de Lesbois à Brecé, remise des trophées du cross corpo du club des agriculteurs au Gesnest-Saint-Isle, inauguration de l’esplanade Gérard-Heude à Ernée, remises de médailles de la Jeunesse, des Sports et de l’Engagement associatif à Laval, représentation théâtrale des Balladins javronnais de la pièce « Nous n’irons plus au bois » à Javron-les-Chapelles et remise de coupes au cyclo-cross de Saint-Cyr-le-Gravelais, ont été les dernières manifestations de terrain de l’année 2015 auxquelles le député UDI de la Mayenne a participé.

Yannick FAVENNEC au cyclo-cross de Saint-Cyr-le-Gravelais.


Yannick FAVENNEC a aussi poursuivi la tournée des cérémonies de la Sainte-Barbe de sa circonscription aux centres de secours de Mayenne, Juvigné, Saint-Pierre-des-Landes, Saint-Denis-de-Gastines, Ernée et Andouillé.

vendredi 18 décembre 2015

La permanence de votre député est fermée pour congés

La permanence de votre député, Yannick FAVENNEC, ferme ses portes pour les fêtes de fin d'année.


Le bureau rouvrira le lundi 4 janvier dès 9h30






lundi 14 décembre 2015

Résultats du 2ème tour des élections régionales en Mayenne : «Il faut maintenant passer aux actes »

«Le rebond civique constaté à l’occasion du 2ème tour des élections régionales est une réelle satisfaction, qui traduit l’intérêt pour l’institution régionale et cette élection. Cette nette augmentation de la participation nous a été globalement favorable.

Au nom de l’ensemble de mes colistiers de la liste d’Union de la Droite et du Centre, nous souhaitons remercier les électeurs qui nous ont accordé leur confiance, plaçant l’équipe de Bruno Retailleau largement  en tête en Mayenne.

Malheureusement, nous regrettons que le faible poids démographique de la Mayenne se traduise par une réduction du nombre de Conseillers régionaux mayennais à 6 au lieu de 7. 

Si nous nous réjouissons de ce résultat victorieux, il nous oblige à l’humilité, mais surtout à agir vite. 

A l’occasion de ces élections, nos concitoyens ont traduit une profonde exaspération et de fortes exigences en particulier en matière de chômage, de fracture territoriale ou encore de crise civique. 

Il faut maintenant passer aux actes

Yannick Favennec,
Samia Soultani-Vigneron
Philippe Henry
Florence Désillière 


mercredi 9 décembre 2015

Pour Yannick FAVENNEC, «la cassure territoriale s’ajoute à la fracture sociale»

Dans une question au gouvernement posée mardi après-midi, le député UDI de la Mayenne a interpellé le Premier ministre sur « la crise agricole qui n’est pas terminée ».

Pour le député mayennais, «la crise de l’élevage n’est finalement que le reflet d’une France qui ne parvient plus à se redresser, d’une France marquée par la perte de compétitivité et le chômage, d’une France qui s’enlise dans une précarité sans précédent, d’une France qui n’a plus confiance. 

C’est la France des territoires oubliés de la République, la France périphérique de cette France d’à côté»,  a notamment indiqué Yannick FAVENNEC. 

«A la fracture sociale s’ajoute désormais la cassure territoriale. Comment pouvons-nous demander à nos agriculteurs de se lever tous les matins pour aller travailler, alors même que les coûts de production sont toujours plus importants ? Que comptez-vous faire pour que nos agriculteurs vivent enfin dignement de leur travail et quand allez-vous prendre conscience que la France est victime d’un développement à deux vitesses intolérables et inacceptables ? ».
 
Question au Gouvernement - Mardi 8 décembre 2015
 - Situation du monde agricole -

Vidéo de l'intervention de Yannick FAVENNEC

 

lundi 7 décembre 2015

Contournement d’Ernée sur la Nationale 12 : le directeur général des routes confirme à Yannick FAVENNEC l’engagement de l’État.




Le député UDI de la Mayenne a profité de l’audition du directeur général des infrastructures routières au ministère des Transports, François POUPARD, par la commission du Développement durable et de l’Aménagement du territoire à l’Assemblée nationale, le 1er  décembre, pour " l’interroger sur la capacité de l’AFITF (Agence de financements des infrastructures de transports en France) à financer les projets routiers de l’État au-delà de 2016.

Les engagements de l’État devraient permettre de financer les dépenses pour 2016, notamment grâce à la contribution exceptionnelle des concessionnaires autoroutiers mais, au-delà,  l’AFITF aura besoin de recettes supplémentaires ".

C’est pourquoi, Yannick FAVENNEC s’est inquiété " du financement des projets routiers inscrits dans le cadre des contrats de plan 2015/2020,  notamment ceux prévus en Mayenne, tel que le contournement d’Ernée.


Dans les secteurs ruraux, l’aménagement et la sécurisation de nos routes sont indispensables et incontournables pour le désenclavement, le développement économique et l’attractivité du territoire. Aussi, la réalisation de ce projet est vitale pour le nord-ouest mayennais ".

Dans sa réponse, le directeur général des routes a confirmé devant la représentation nationale  que " le contournement d’Ernée était une priorité absolue de l’État dans le projet d’aménagement et de sécurisation de la RN 12, et que les engagements pris dans le cadre du CPER seraient respectés ". 

vendredi 4 décembre 2015

Réforme du RSI : Yannick FAVENNEC fustige la gauche qui refuse d’en débattre



La proposition de loi visant à réformer le régime social des indépendants (RSI) présentée par Bruno LE MAIRE et cosignée par Yannick FAVENNEC a été présentée en séance publique à l’Assemblée nationale, le jeudi 3 décembre.

A cette occasion le député UDI de la Mayenne est intervenu pour rappeler que « le RSI dont l’objectif initial était de simplifier la vie des entrepreneurs indépendants s’est transformé en un véritable cauchemar pour les 6 millions d’artisans et commerçants qui y sont affiliés.

Les graves dysfonctionnements qui touchent le régime social des indépendants suscitent, à juste titre, mécontentement et découragement chez les travailleurs indépendants et s’ajoutent à la colère qu’ils expriment régulièrement face aux taxes et charges, ainsi qu’aux contraintes qui les asphyxient et entravent leur activité au quotidien.

C’est pourquoi notre proposition de loi permettait la mise en place rapide de mesures concrètes telles que, par exemple, l’adoption d’un plan d’urgence intégrant un allégement des charges ainsi qu’une baisse des cotisations et des prélèvements obligatoires », indique le parlementaire.

Malheureusement, « les socialistes ont refusé de débattre de ce texte en le rejetant sans même avoir pris le temps de le discuter article par article.

Nos artisans, commerçants et tous ceux qui sont victimes des dysfonctionnements du RSI apprécieront », conclu Yannick FAVENNEC.

jeudi 3 décembre 2015

COP21 : Yannick FAVENNEC souhaite un accord de révisions régulières, à la hausse, des engagements

Dans le cadre du débat sur L’après COP21, le député UDI de la Mayenne a mis en exergue un sujet qui lui paraît être « un enjeu fondamental de l’accord de Paris : celui de la révision des engagements ».

En effet, pour Yannick FAVENNEC, « parmi les éléments du succès du rendez-vous de la COP21, la décision des Etats de se revoir pour réviser régulièrement à la hausse les contributions nationales est cruciale, notamment dans la mesure où il n’y aura pas d’accord possible sur une trajectoire de baisse des émissions mondiales ».

Le député mayennais a souligné que « les engagements actuels des Etats sont insuffisants » et rappelé « qu’avant l’ouverture de la COP21, les Etats ont remis au secrétariat de la Convention climat leur contribution nationale envisagée à la baisse des émissions de gaz à effet de serre pour l’horizon 2030.

Le bilan agrégé des promesses de ces pays, qui totalisent 85 % des émissions globales, fait apparaître que non seulement les engagements pris ne permettront pas de réduire les émissions mondiales d’ici à 2030, mais que celles-ci continueront d’augmenter ». Ce qui serait « une catastrophe » pour Yannick FAVENNEC.

Vers un réchauffement supérieur à 3°C

Selon le thermomètre des engagements, publié le 9 octobre dernier par la Fondation Nicolas-Hulot, les émissions mondiales passeraient ainsi de 49 gigatonnes d’équivalent CO2 en 2010 aux alentours de 60 gigatonnes en 2030, ce qui nous propulse vers un réchauffement supérieur à 3°C

Le programme des Nations-Unies pour l’environnement sur la tendance actuelle indique que sans efforts d’atténuation supplémentaires les émissions mondiales seraient de l’ordre de 96 gigatonnes en 2030. Alors que, pour être en phase avec l’objectif de 2°C, il faudrait les avoir ramenées à 42 gigatonnes à cette date pour ensuite les diviser par deux en 2050 et arriver à 0 en 2100.

« Autrement dit, a conclu le député UDI, les engagements de Paris, qui ne ramènent ces émissions qu’à 60 gigatonnes, ne représentent que le tiers de l’effort qui serait nécessaire d’ici là ».

C’est pourquoi, « Face au bilan médiocre des contributions nationales et à la gravité des enjeux, il a estimé fondamental de prévoir d’emblée une révision régulière, à la hausse, des contributions nationales.

Les efforts d’atténuation des parties signataires à l’accord de Paris doivent devenir plus ambitieux au fil du temps ».